“Le microscope sans lentille repose sur le principe de l’holographie de Gabor en ligne. Un hologramme de Gabor est produit par l’interférence d’une onde lumineuse de référence (que l’on veut la plus plane possible) et de cette même onde après diffraction par un objet opaque ou transparent à observer. L’hologramme étant produit par transmission, on observe uniquement des échantillons essentiellement transparents ou comprenant des objets opaques de petite taille.

L’onde de référence est produite par un laser ou une LED approximativement monochromatique passant par une lentille divergente ou un pinhole. La version LED+pinhole étant bien évidemment la moins coûteuse mais génère des problématiques de flux, pouvant éventuellement être résolues par un allongement du temps d’exposition (ou sommes de plusieurs acquisitions).

On capte sur un capteur l’intensité de l’hologramme, la composante de phase de l’objet n’est donc pas récupérable directement. Le capteur est l’élément critique limitant la résolution du microscope. L’image de l’échantillon est reconstruite par une applet développée sur Matlab, selon le modèle de propagation inverse.
Les pièces sont positionnées et alignées l’une par rapport à l’autre par une structure imprimée en 3D.”

Laisser un commentaire