Skip to main content

De la marqueterie avec une découpeuse laser? Dans un fablab?

Par 17 mars 2022Blog

Joëlle, adhérente et bénévole à OpenFactory, a expérimenté l’utilisation de la découpe laser en complément des techniques traditionnelles de la marqueterie. Joëlle a poussé les portes du FabLab en 2017. Par curiosité. Formée à l’utilisation de plusieurs des machines, la découpeuse laser en particulier, elle fait partie à présent des bénévoles qui transmettent leurs connaissances aux autres usagers du fablab.

La marqueterie est un décor réalisé avec des placages de bois et de diverses autres matières, notamment en ébénisterie. Les images ainsi obtenues peuvent être géométriques (on parle alors de frisage), figuratives ou abstraites. Par extension, ce terme désigne la technique et le métier qui réalisent ce décor spécifique. (Wikipedia > Marquetterie]

Joëlle a pratiqué la marqueterie avec les méthodes traditionnelles pendant de nombreuses années. Elle a souhaité tester ce que la découpeuse laser pouvait apporter aux étapes de découpe des paquets et des éléments de plaquage. Joëlle n’est pas du genre à limiter les arts traditionnels à l’utilisation de techniques et d’outils centenaires, mais plutôt à essayer par elle-même ce que peut apporter l’évolution des technologies. Et ce genre d’expérimentation est tout à fait dans l’esprit des fablabs.

Expérimenter et faire

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients et même les scies à chantourner couramment utilisées sont des scies qui fonctionnent avec des moteurs électriques, dont ne disposaient pas les artisans des siècles précédents.

Quoi qu’il en soit, la phase de découpe n’est qu’une étape de l’ensemble du processus. Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients et ses compétences associées. Il ne s’agit pas juste de remplacer une machine de découpe par une autre. L’utilisation de la découpe laser pose même d’autres problèmes: ne pas brûler les bois par exemple. Mais en amont, le passage d’un dessin fait à la main à un ficher informatique correctement préparé, pour indiquer à la machine quoi et comment couper, n’en reste pas moins important.

L’existence de fichiers informatiques, facilement reproductibles, posent également la question de l’unicité des œuvres. Est-ce que l’existence de ce fichier et l’utilisation d’une machine à commande numérique fait qu’une œuvre qui les utilise n’est plus une œuvre unique? Pourtant dans le cas de la marqueterie, le savoir-faire et la sensibilité de l’artisan est capital dans choix des bois pour le placage, le veinage, le sens des fils du bois, des loupes…

Transmettre et faire faire

Étape suivante, appréciée mais non obligatoire, au sein des espaces de types fablab: la transmission de ses connaissances et savoir-faire à d’autres personnes.

L’équipe du fablab a demandé à Joëlle si elle pourrait animer des ateliers de découverte de ses techniques de marqueterie. Elle les a donc présentées aux salariés du secteur bois du pôle Atelier et Chantier d’Insertion (ACI) du Parc de Montaud.

Même si par habitude, facilité (mais abus de langage!) il nous arrive de parler de « Formations » au fablab, il s’agit souvent de transmission, de pair à pair, plus ou moins complète, de certaines compétences. Et pas de formation traditionnelle, de cours magistral, d’apprentissage descendant d’expert à élève.

Dans ce cas précis, une partie du contenu est consacré au dessin numérique. Sur des outils des compétences communes à d’autres projets, d’autres machines disponibles au fablab…. et une autre partie, pour le coup, porte sur des spécificités de la discipline et au travail autour de la matière bois. Avec des personnes qui travaillent déjà cette matière, avec des approches différentes.

Et, paradoxalement (en apparence seulement), au final, découvrir une technique moderne peut conduire à s’intéresser et adopter plutôt une technique plus traditionnelle, manuelle. Faire comprendre à certaines personnes ce qui leur plaît vraiment dans une discipline créative, artisanale, technique… Et réaliser qu’elles n’ont pas forcément une appétence particulière pour l’utilisation des outils informatiques dans ce contexte, et que les méthodes plus manuelles ont aussi leur intérêt.

Le fablab est un bon endroit pour se confronter, tester et discuter de différentes façon de faire, pas forcément toujours avec des « hautes » technologies à la mode #innovation #start-up. On y rencontre souvent des artisans qui travaillent le tissu, le cuir, le bois avec toutes sortes de techniques.

Laisser un commentaire