Depuis septembre 2020, Zoomacom et l’Accorderie de Saint-Étienne ont décidé de travailler ensemble pour valoriser le bénévolat au sein de l’activité fablab Open Factory.

Qu’est-ce qu’une Accorderie ?

Une Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités entre des personnes d’âges, de classes sociales, de nationalités et de sexes différents.

Une Accorderie développe, par l’échange de services et la coopération, les conditions d’une amélioration réelle, et au quotidien, de la qualité de vie de tous ses membres, les Accordeurs.

Ces derniers ont accès aux services des membres de « leur » Accorderie locale, ainsi qu’aux activités collectives d’échange, soit à des services d’intérêt général qui s’adressent à l’ensemble des Accordeurs.

Chaque Accordeur·se met à la disposition des autres ses compétences et savoir-faire sous la forme d’offres de services. Des conseils pour cuisiner, la restauration de meubles, l’apprentissage de sports, etc…
Chaque échange de services est comptabilisé dans une banque de temps, selon le principe “une heure de service rendu vaut une heure de service reçu“, quels que soient le service rendu et les compétences exigées.
Tous les services sont mis sur un même pied d’égalité.

Une Accorderie œuvre dans le monde de l’économie sociale et solidaire, en proposant un système économique alternatif reposant sur la création d’une nouvelle forme de richesse. Une richesse collective et solidaire qui s’appuie essentiellement sur le potentiel des membres de toute la communauté. Une communauté, où trop souvent, les citoyens les plus pauvres sont jugés non productifs, car occupant un emploi mal rémunéré et étant exclus de la spirale de la surconsommation.

Une Accorderie fait plutôt le pari qu’il est possible de créer cette richesse collective et solidaire en se basant sur la contribution de tous les membres de la communauté. Une Accorderie, c’est une façon démocratique et organisée de construire une alternative au système économique dominant, avec ce qu’il comporte d’inégalités, et d’entrer dans la spirale sympathique d’un réseau qui concrétise sa croyance que le monde peut fonctionner autrement, en ne laissant personne de côté, et qu’il est possible de produire et de consommer autrement.

Comment fonctionne le partenariat ?

Chaque adhérent·e de Zoomacom (par exemple, pour venir à Open Factory) peut s’inscrire à l’Accorderie, gratuitement. Il·elle a 15 heures offertes sur son compte.

Chaque accordeur·se peut adhérer à Zoomacom, dans les conditions habituelles.

Chaque fois qu’un·e adhérent·e de Zoomacom suit une formation, comme la couture par exemple, il·elle donne du temps au formateur·trice.

Exemple :

Philippe est formateur en couture. Il vient un samedi matin pour transmettre son savoir-faire pendant 3 heures.
Six adhérent·e·s suivent son cours, et lui donne 1/2 h chacun·e, pour un total de 3 heures.
Philippe peut désormais se rendre sur son espace membre sur le site de l’accorderie pour… faire garder son chien pendant une matinée, suivre 3 cours de guitare d’une heure, faire réparer sa machine à laver…

(voir aussi: Accorderie de Saint-Étienne: Comment cela fonctionne?)

Qu’est-ce que cela permettra de faire ?

Offrir une contrepartie aux formateurs et formatrices

Un fablab a pour but d’être un lieu de transmission de savoirs-faire et de connaissances entre ses membres. Les formateurs et formatrices sont donc essentiel·lle·s à son fonctionnement.

Leur permettre d’avoir une contrepartie en échange de leur temps met donc de l’huile dans les rouages ; cela permet de les remercier pour leur investissement au service du collectif.

Avoir une approche réaliste de l’économie réelle du fablab

Si les formateurs et formatrices donnent, par exemple, 100 heures de bénévolat par an, valorisées à 20 € de l’heure dans les comptes de Zoomacom, le budget de l’activité fablab est “augmenté” de 2 000 €.

Ces 2 000 € représentent le temps qu’il·elle·s ont offert au collectif.

Au lieu d’une activité qui a un budget de 40 000 € par an, on se rend compte qu’en fait, l’activité a un budget de 42 000 € par an, notamment grâce à leur travail… un travail bénévole, certes, mais un travail quand même.

Ce type de décompte peut permettre de valoriser avec fidélité les apports représentés par le bénévolat dans les bilans d’activités et les bilans économiques des associations.

Ouvrir l’accès au fablab à d’autres personnes

Les formateurs et formatrices sont encouragé·e·s à publier leurs formations dans les offres de l’accorderie. Cela permet donc aux accordeur·euse·s de voir qu’il existe un fablab à Saint Étienne, et qui leur est accessible dès qu’il·elle·s sont adhérent·e·s de Zoomacom.

Comme n’importe quel membre de l’association, il·elle·s ont donc accès aux formations et aux machines mutualisées dans le cadre de l’activité du fablab.

Que puis-je faire en tant qu’adhérent·e ?

Vous inscrire à l’Accorderie, soit en y allant, soit en venant à une des séances d’inscription collectives qui ont lieu régulièrement à Open Factory.

Et donner des heures aux formateurs et formatrices pour les remercier de leur travail.

Cela n’est pas obligatoire bien sûr. C’est une logique économique différente, à laquelle nous n’avons pas l’habitude d’adhérer et avec laquelle nous ne fonctionnons que dans un cadre informel. Nous souhaitons lui donner plus de corps, et ainsi montrer que d’autres voies sont possibles.