Internet, les ados, les enfants, un enjeu de société.

Par 11 janvier 2016septembre 25th, 2017Archives

OpenFactory propose une soirée découverte sur le thème “Internet, les ados, les enfants”. Alors que le gouvernement évoque le numérique sur de nombreux sujets (emploi, terrorisme, médiation) les enfants et les adolescents définissent aujourd’hui de nouveaux rapports à la culture, l’éducation et à eux-même par le numérique. Il s’agit donc d’un enjeu de société qui sera discuté au FabLab de la Cité du Design le lundi 11 janvier 2016 à 18:30.

À Saint-Etienne, l’association Zoomacom, structure co-fondatrice du FabLab, fait depuis plusieurs années de la médiation numérique dans les collèges. Les médiateurs aiment à raconter cette anecdote. Franchissant le seuil de la salle de classe, ils entendent les enfants leur dirent : “Les profs nous ont dit que vous allez nous faire un cours sur les dangers d’Internet.”

Cette réflexion prêtent à sourire. Surfer sur le web est-il plus dangereux que de conduire une voiture ? Non, l’intégrité physique de votre personne n’est pas mise en cause.

– Un exemple de l’action de Zoomacom :

C’est par le numérique que les enfants et les adolescents d’aujourd’hui, s’informent, se cultivent, s’éduquent, et échangent. Ils documentent leurs quotidiens par les réseaux sociaux, de nombreux jeunes deviennent célèbres grâce à Youtube (Norman, Cyprien, Natoo, entre autres). À défaut d’être accepté ou acceptable, c’est un fait. De nouveaux rapports à l’éducation, à l’environnement, à la culture, et à soi se renouvellent.

Il s’agit donc d’une transformation sociétale et à l’échelle d’une personne, il est impossible de mesurer tous les impacts futurs de cette transformation. Il est donc urgent de sortir de cette vision étroite, négative, d’un Internet dangereux et abrutissant.

– “Internet, je suis ton enfant” par Mathieu Sommet :

 

Internet comme la respiration

eric-schmidt-portrait-illustrationPour Eric Schmidt, ex-PDG de Google, ces changements vont se faire naturellement. En 2014, il déclarait : “Internet va disparaître (…) Il y aura tellement d’adresses IP… tellement d’appareils, de capteurs, de choses que vous porterez, de choses avec lesquelles vous interagirez que vous ne vous en rendrez même plus compte. Ce sera présent en permanence autour de vous. Imaginez que vous marchez dans une pièce, et que cette pièce est dynamique. Et avec votre permission et tout cela, vous interagirez avec les choses qui vous entourent dans la pièce.” (Source)

Selon Eric Schmidt, Internet serait comme la respiration, tellement naturel que l’on y pense plus. Cette vision d’Internet trouve rapidement ses limites : elle occulte le rapport que les jeunes construisent au quotidien avec le numérique, elle oublie les citoyens qui, tous les jours, grâce à Internet (numérique), font des actions qui impactent la réalité (les pétitions en ligne aujourd’hui, les apéros facebook hier).

Eric Schmidt semble oublier qu’Internet est d’abord construit par les gens (réseaux sociaux, entreprises, médiation numérique).

À Saint-Etienne depuis 10 ans, c’est dans les espaces publics numériques que citoyens et entreprises apprennent de meilleurs usages numériques.

 

La médiation numérique reconnue

Aujourd’hui les FabLabs comme OpenFactory sont une des évolutions logiques pour découvrir de nouvelles pratiques et de nouveaux usages.

Tout un chacun peut s’approprier les outils dans des lieux comme OpenFactory. Parce qu’ils forment une communauté ouverte, les makers apprennent la confiance et la coopération. Ils sont mieux à même de revendiquer leurs vies et leurs identités numériques. En un mot : plutôt que de subir, il vaut mieux agir !

L’histoire d’EnjoyPhoenix est à ce titre éloquente. Marie Lopez, connue sous le pseudo EnjoyPheonix, est une youtubeuse à succès.
Sur Internet, ses tutoriels beauté et maquillage sont suivis par plus de deux millions de personnes (chiffres janvier 2016).

Dans une de ses vidéos, elle explique son parcours : harcelée et lynchée sur Internet par ses camarades de lycée, elle décide un jour de tout reprendre à zéro, nouveau lycée, nouveaux comptes sur les réseaux sociaux, en un mot une nouvelle vie et des tutoriels sur youtube pour se redonner confiance.

– L’histoire de Marie Lopez :

Le témoignage d’EnjoyPhoenix a trouvé un écho dans la société française. Il n’est donc pas étonnant qu’au même moment l’État reconnaisse la médiation numérique avec une loi présentée par la ministre Axelle Lemaire.

Une loi écrite collaborativement par les experts et les citoyens, appuyé par le Conseil National du Numérique. Cette loi recouvre de nombreux domaines : sécurité des données, neutralité du net… Sur un autre plan le gouvernement veut faire baisser le chômage grâce à l’économie numérique, tandis que la Loi Renseignement, qui renforce la surveillance du Net, a été votée en décembre 2014. Un constat s’impose : le numérique rend schizophrène et pour guérir de ces maux, il est temps de dépasser cette vision paradoxale.

– Le CNN (Conseil National du Numérique), qu’est-ce que c’est ?

 

L’éducation qui vient

enfants, ados et internet | OpenSession OpenFactoryC’est pourquoi OpenFactory ouvre ses portes au plus grand nombre, le lundi 11 janvier 2016 à 18h30, pour une Open Session sur le thème « Internet, les ados, les enfants ».

Les parents, les professeurs et les animateurs de MJC ou centres sociaux sont les premiers concernés par cette Open Session. Il s’agit de comprendre les enjeux de “l’éducation qui vient”.

Ce thème est par ailleurs celui des quatrièmes rencontres de la jeunesse et des politiques de jeunesse à l’INJEP (Institut National de la jeunesse et de l’éducation populaire) qui se dérouleront le 5 février 2016 à Paris.

Aurélien Marty pour la conciergerie d’OpenFactory.

 

Laisser un commentaire